Musée des Offices

Le site officiel du pôle muséal de Florence comporte plusieurs musées dont la Galerie des Offices nous propose les différents musées en collaboration avec lui.

Image
Pour chaque musée les informations pratiques sont disponibles, ainsi qu’une petite introduction historique, et les expositions du moment.

Dans la colonne de gauche, un menu donne accès à la liste des expositions en cours dans tous les musées partenaires.
Dans l’onglet «Digital Archives» on trouve les archives en arts graphiques, les archives des inventaires passés, le catalogue des œuvres, les archives des photos, les archives historiques : des documents manuscrits, les numérisations des œuvres manuscrites enluminées, et la numérisation du trésor des Médicis.
Certaine de ces ressources ne sont disponible qu’en italien. Les autres rubriques du menu de gauche sont informations pratiques et les évènement à venir.
Des ressources sont donc disponibles mais beaucoup sont seulement en italien. Les archives graphiques sont de bonnes qualités, et les documents anciens peuvent être très intéressant pour des recherches approfondis.

Les Offices ont également une collaboration avec le google Art Project, ainsi qu’avec l’outil youtube sur lequel on peut visionner des vidéos sur des œuvres spécifiques, ou des expositions. Ces vidéos sont en italien mais des sous-titres anglais sont disponibles.

Il est dommage que le catalogue en ligne des œuvres du musée ne soit qu’en anglais et si peu intuitif, les reproductions ne sont pas très bonnes et défigurées par le copyright au centre de la reproduction.

Le site du musée est très peu intuitif et une grande partie n’est également disponible qu’en italien.

 

LB

Web Gallery of Art

Web Gallery of Art se qualifie de «virtual museum» (musée virtuel) des œuvres d’art européennes entre le XIème et le XIXème siècle. Cette ressource date de 1996. C’est une base de données qui mets à disposition gratuitement les images des œuvres dans le cadre de l’éducation artistique.
Image

On peut accéder à la ressource proposée de plusieurs façons. Le site donne la possibilité d’une recherche par artistes donc par ordre alphabétique ou d’une recherche plus précise dans l’onglet «Search».
Dans la rubrique «Tours» le site nous propose différents parcours par région et ère chronologique, chaque étape du parcours nous amène à un article explicatif du sujet traité. Ce sont des articles de vulgarisations, non signés.
Pour certain article, on peut également avoir une liste de nom d’artistes en relation avec le sujet traité, classés par ordre chronologique et qui amène chacun vers une liste d’article concernant cet artiste.
Par exemple : nous entrons dans le parcours numéro 1 : «Overview of Italian Painters from 1200 to 1750». On nous propose une carte de l’Italie, et dans le menu à droite chaque ville d’Italie qui abrite une école est proposée, nous choisissons Florence pour coller à notre sujet, un article sur l’école de Florence nous est proposé, et dans cet article des liens vers d’autres références sont donnés, à gauche apparait une liste des artistes florentins par ordre chronologique, cliquons sur Botticelli, apparait alors une liste de sujet sur l’œuvre de Botticelli, nous entrons dans la rubrique «Portraits», un article apparait sur le sujet, suivi d’une liste des œuvres avec images qu’on peut agrandir et un commentaire est disponible ainsi que le cartel de l’œuvre. Certains articles sont disponibles en italien.
On notera également qu’à chaque page est disponible l’index alphabétique des artistes et une barre de recherche rapide.
On a aussi accès à un outil de consultation d’article différent sur la même page : «Dual-window view» qui peut s’avérer utile pour comparer différentes œuvres ou biographies.
Un glossaire est également disponible avec des définitions de termes techniques, de sujets mythologiques ou religieux.
Dans l’onglet «Sources», les ouvrages utilisés sont listés par genre et période.
Les créateurs du site : Dr. Emil Krén et Dr. Dániel Marx des chercheur hongrois en sciences de l’information, leurs e-mail est disponible.

L’aspect visuel du site est assez rudimentaire mais il n’y a pas de publicité et l’information est de qualité. La démarche du «tours» est intéressante et originale et permet ainsi de s’y retrouver dans les différentes aires géographiques et chronologiques qui composent l’histoire de l’art.

LB

Base Joconde ou RMN ?

Si vous suivez notre blog depuis le début, vous avez du noter que Domenico Ghirlandaio est un artiste de Florence, à la Renaissance, qui à réalisé de nombreux tableaux et plus précisément des portraits.

En cherchant sur Google des informations sur l’œuvre  Portrait d’un vieillard et d’un jeune garçon , de Domenico Ghirlandaio, je suis tombée, parmi de nombreux autres résultats, sur le site de la RMN, la Réunion des Musées Nationaux. Ce site des agences photographiques de la RMN contient les photos de la plupart des œuvres exposées dans les Musées français.

Outre des catégories d’informations comme « Qui sommes nous ? », « les collections » ou autre, le site contient un onglet de recherche. La recherche peut se faire de deux types : recherche simple ou recherche avancée. La recherche simple permet de faire une recherche à partir de n’importe qu’elle information (date, pays, artiste, nom d’œuvre…). La recherche avancée en revanche permet d’affiner sa recherche dès le début afin de ne pas perdre de temps et d’éliminer le plus possible de mauvais résultats. Ainsi nous pouvons renseigner plus précisément dans chaque encart : le nom de l’artiste, la période, la technique ou matière, le musée, les fonds, et le numéro d’inventaire ou la cote cliché si nous la connaissons.

            Revenons à notre recherche sur l’œuvre Portrait d’un vieillard et d’un jeune garçon, de Domenico Ghirlandaio. Dans cette page, qui a une composition standard, commune à tous les articles, nous avons d’abord la photo de l’œuvre. En dessous de cette photo, une notice nous donne diverses informations sur l’œuvre : la cote cliché, le numéro d’inventaire, les fonds, le titre, l’auteur, les crédits photo, la période, la technique/ Matière, les dimensions et enfin la localisation.

Tout en bas de la page, des mots clés nous permettent, en cliquant dessus, de trouver d’autres images sur le même thème.

Il est possible pour les professionnels de créer un compte afin de commander certaines images, en revanche il n’y a rien d’intéressant pour les étudiants ou les amateurs, à part les photos que l’on peut récupérer.

A noter également une rubrique « Porte-folios », avec des dossiers réunissant de nombreuses photos d’œuvres autour d’un même thème.

Ce site est utile si on a besoin de récupérer des images d’œuvres, pour un exposé ou autre, et il est complet au niveau de la notice. En revanche, il n’apporte aucune autre information, pas de « mini-biographie » par exemple, ou d’Historique, comme c’est le cas dans la Base Joconde, une autre base d’image des collections françaises, réalisé par le gouvernement.

Faisons la même recherche sur la base Joconde, afin de les comparer.

L’image est en vignette, et non en grand format comme sur le site de la RMN, et la qualité est nettement moyenne. En effet, si l’on clique dessus afin de l’agrandir, on remarque une différence de qualité.

Au niveau de la notice, on peut constater qu’il y a plus d’informations. Une base est commune, mais sur la Base Joconde, on apprend aussi quelle est la technique utilisée, le matériel, un descriptif du sujet représenté. On apprend également ou l’œuvre est conservée, son statut juridique (est ce vraiment utile ???!), sa date d’acquisition et les autres personnes qui l’ont possédé, ainsi que des crédits photographique.

Un élément nouveau me semble en revanche assez pertinent et important : la présence d’une courte bibliographie (seulement les noms d’auteurs, et les pages parlant de cette œuvre, mais néanmoins sans le titre des ouvrages…). En tant qu’étudiante en Histoire de l’Art, je suis sensible à tout ce qui peut être indiqué pour aider les étudiants ou amateurs dans leur recherche, et cette initiative me semble intéressante. En effet, si le site apporte peu d’information, et c’est normal car ce n’est pas son but premier, il apporte quand même des piste de recherches afin de compléter les informations manquantes.

L’idéal serait un mixte entre le site de la RMN (à l’interface plus moderne et agréable je trouve, ainsi que la qualité supérieur des images), à la quantité d’information de la base Joconde.

M.S.G

La Joconde au Musée du Louvre.

Lorsqu’on étudie la période de la Renaissance, le site du Louvre semble être un incontournable.

Ce site comporte un onglet appelé « recherche ». J’ai donc tapé « portraits à Florence » dans cet encart, s’en est suivit une lise de résultats, divisés en 6 catégories : « Informations pratiques », « Visites & Activités », « Expositions & Actualités », « Œuvres & Palais », « Arts & éducation » et enfin « Autres ».

Ainsi les 784 résultats obtenus avec cette recherche sont divisés en sous catégories permettant de faire un tri et d’aller plus vite dans notre recherche. A coté de chaque catégorie, il nous est indiqué le nombre de résultats trouvés.

La catégorie qui contient le plus de résultats est celle appelée « Œuvres et Palais ». Nous avons déjà un aperçu des résultats sous la liste des catégories. Sur 439 résultats, nous pouvons en voir une dizaine. On y voit en vignette l’œuvre en question, puis le début d’une explication, analyse d’œuvre. Pour l’avoir en entier, il faut cliquer dessus.

Le premier résultat est, bien sur, La Joconde de Leonard de Vinci, appelé ici Portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo.

En cliquant sur ce début d’article, nous arrivons directement sur la page même consacrée à l’œuvre.

Cette page est une page standard, que nous retrouvons pour chaque œuvre.

En haut de la page, nous retrouvons le titre de l’œuvre, ainsi que le département dans lequel, au Louvre, nous pouvons la retrouver.

Ensuite, nous avons une image de l’œuvre, et dans ce cas ci, quelques images de détails de l’œuvre, sous la forme d’une sorte de diaporama. Nous pouvons cliquer sur l’œuvre afin de la voir en plus grand, en revanche la fonction « clic droit- copier-coller » est désactivé sur les images du site du Louvre et nous ne pouvons pas les récupérer par ce simple moyen. Dans le cas de la Joconde, ce n’est pas moins de 8 images qui nous permettent de voir la Joconde « virtuellement », avec le portrait en entier, ainsi que son cadre, et des détails des mains, des yeux, de son fameux sourire, du paysage au fond du tableau à droite, à gauche, et son visage.

La suite de la page est divisée en 4 parties.

A gauche, dans une colonne, on nous rappelle le nom du département ou La Joconde se trouve, et, autre information importante : le nom de l’auteur de l’article. Au centre, la partie principale de la page, avec l’analyse de l’œuvre et toutes sortes d’informations dessus. Enfin sur la droite, une colonne divisée en deux parties avec dans la première : Le cartel complet de l’œuvre indiquant nom de l’œuvre, de l’artiste, date de réalisation, matériaux, lieu de réalisation, et même son acquisition. On nous rappelle aussi dans quel endroit du Louvre se trouve ce tableau, cette fois encore plus précisément en indiquant l’aile, l’étage, la salle.

Enfin sous ce cartel, une dernière partie « informations pratiques », avec des informations sur le Louvre en général : horaires, accès, coordonnés, fermeture, et même un lien pour acheter un billet d’entrée en ligne. Nous avons même la possibilité de changer la langue du site.

Comme dit précédemment, au centre de la page, nous trouvons une rapide analyse de l’œuvre, ici faite par Cécile Scailliérez.

Cécile Scailliérez nous parle tout d’abord du sujet de l’œuvre. Cette notion est très importante à propos de La Joconde, car une partie de sa renommée vient de tout ce qu’on ignore à son sujet, dont sa provenance, son sujet et son objet. Cécile Scailliérez nous explique donc que, si l’on sait que La Joconde était la femme d’un marchand, le but et la destinée de l’œuvre sont toujours inconnu, et que seule des hypothèses existent à ce jour. Dans un autre paragraphe, l’auteur nous explique la ou réside une autre particularité de cette œuvre : la composition. Enfin, un court paragraphe sur le sourire de La Joconde, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre !

Mais ce qui, à mon sens, est la plus intéressant, c’est ce qui vient après : la bibliographie utilisée par l’auteur. En cela je trouve que le site est très bien fait. Tout d’abord, des informations et un début d’analyse de l’œuvre sont donnés, nous en connaissons l’auteur, ce qui n’est pas toujours le cas, et enfin, nous avons même accès à sa bibliographie. Cette bibliographie peut être vue comme une sorte de garantie de la véracité de l’article, dans le sens ou nous savons par là que l’auteur n’a pas tout inventé et s’est appuyé sur d’autres études, ici de personnalités reconnus pour la période de la Renaissance italienne : Daniel Arasse et André Chastel par exemple. De plus, cette bibliographie permet d’orienter dans ses recherches les étudiants, leur donnant une certaine liste d’ouvrages qu’ils peuvent consulter afin d’approfondir leur connaissance de l’œuvre par exemple.

Ainsi le site du Louvre à, à mon avis, un réel intérêt pour les étudiants en art ainsi que pour tout amateur. Une première approche sous la forme d’une courte analyse permet de se faire une idée de l’œuvre, de son histoire et de sa signification, des images permettent de se l’approprier. Mais pour un étudiant qui veut aller plus loin, quelques pistes sont données afin d’orienter sa recherche bibliographique. De plus ce site a une organisation rigoureuse, à l’image de celle du Louvre. A tout moment, nous savons ou nous nous trouvons (virtuellement) dans le Louvre, si nous voulons voir les autres œuvres de la salle ou se trouve la Joconde, c’est possible, car dans le site, les œuvres sont classées et réunies comme dans le musée.

M.S.G