Léonard de Vinci, Michel-Ange et la Renaissance à Florence : de l’Arno au canal Rideau

Quand on tape dans le moteur de recherche du portail Erudit les mots « portrait Florence », l’article « Léonard de Vinci, Michel-Ange et la Renaissance à Florence : de l’Arno au canal Rideau » fait partie des réponses de la première page.
Cet article provient de la plate-forme inter-universitaire canadienne de revues francophones Érudit. C’est un site à but non lucratif, qui a pour mission de promouvoir et de diffuser les résultats de la recherche et de la création. Il est tenu par l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Quatre menus sont disponibles sur l’interface du site : les consultations par types de publication avec les revues, les livres et actes, les thèses et les documents et données ; le bandeau de recherche ;  l’actualité et les articles qui viennent de paraître. Chaque institution voulant numériser du contenu, comme une thèse par exemple, peut en faire la demande à Érudit.

L’article « Léonard de Vinci, Michel-Ange et la Renaissance à Florence : de l’Arno au canal Rideau » a été écrit par René Viau, critique d’art canadien, et publié dans la rubrique « Actualité » du magazine Vie des Arts de 2005, vol. 49, n°199 et p. 54-57. Le sujet porte sur l’exposition du même nom qui s’est tenue au musée des Beaux-arts du Canada à Ottawa du 29 mai au 5 septembre 2005. Cette exposition n’était pas exclusivement consacrée au portrait florentin mais plus généralement à la Renaissance à Florence. La page de l’exposition sur le site du musée des Beaux-arts du Canada ne donne pratiquement aucune indication sur l’exposition. Seules quelques lignes expliquent que l’exposition a été mise en place pour « souligner le génie de Léonard de Vinci et de Michel-Ange, mais aussi l’extraordinaire influence que ces artistes ont eue sur leurs contemporains ».

L’article se divise en deux parties, la première s’intitulant « D’une bataille à l’autre » et la deuxième « Le règne de la figure ». La première se focalise sur les batailles que Léonard de Vinci et Michel-Ange réalisèrent pour le Palazzo Vecchio ; la bataille d’Anghiari de Vinci et la bataille de Cascina de Michel-Ange. Le style de l’article est journalistique. Il est simple et clair pour permettre une vulgarisation rapide de l’événement. Il fait appel à des citations du conservateur en chef du musée, David Franklin, et décrit diverses phases de l’exposition. Ainsi, l’exposition tournera également autour des artistes, moins connus, qui se sont inspirés de Vinci et de Michel-Ange. La deuxième partie de l’exposition cible les artistes qui se sont inspirés des batailles de Léonard de Vinci et de Michel-Ange au Palazzo Vecchio. Une foule de noms d’artistes connus ou inconnus se succède avec parfois des descriptions de leurs œuvres les plus fameuses dont certaines sont présentées dans l’exposition. Le nom de cette deuxième partie s’explique par les rapides descriptions de ces œuvres d’anatomie qui sont exécutées à la pierre ou à la sanguine, spécialité florentine, manière que Vasari changera pour la plume mettant ainsi fin au règne de la figure dans l’art florentin.

L’article est ponctué d’images illustrant les propos de l’auteur. Ce sont des dessins de Pontormo et de Léonard de Vinci. Néanmoins, on aurait pu s’attendre à un dessin de Michel-Ange étant donné que l’exposition porte exclusivement sur lui et Léonard de Vinci. Les cartels des œuvres citées dans l’article sont complets et à la fin de l’article des informations utiles sur l’exposition, telles que l’adresse du musée et ses coordonnées, sont démarquées par un cadre.

Cet article de René Viau, publié dans Vie des Arts, a été numérisé et posté sur Érudit. On peut donc le consulter gratuitement en format pdf et même le télécharger. L’auteur a ainsi décidé de vulgariser son travail et de le mettre à la disposition du public.

F.B.