La Joconde au Musée du Louvre.

Lorsqu’on étudie la période de la Renaissance, le site du Louvre semble être un incontournable.

Ce site comporte un onglet appelé « recherche ». J’ai donc tapé « portraits à Florence » dans cet encart, s’en est suivit une lise de résultats, divisés en 6 catégories : « Informations pratiques », « Visites & Activités », « Expositions & Actualités », « Œuvres & Palais », « Arts & éducation » et enfin « Autres ».

Ainsi les 784 résultats obtenus avec cette recherche sont divisés en sous catégories permettant de faire un tri et d’aller plus vite dans notre recherche. A coté de chaque catégorie, il nous est indiqué le nombre de résultats trouvés.

La catégorie qui contient le plus de résultats est celle appelée « Œuvres et Palais ». Nous avons déjà un aperçu des résultats sous la liste des catégories. Sur 439 résultats, nous pouvons en voir une dizaine. On y voit en vignette l’œuvre en question, puis le début d’une explication, analyse d’œuvre. Pour l’avoir en entier, il faut cliquer dessus.

Le premier résultat est, bien sur, La Joconde de Leonard de Vinci, appelé ici Portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo.

En cliquant sur ce début d’article, nous arrivons directement sur la page même consacrée à l’œuvre.

Cette page est une page standard, que nous retrouvons pour chaque œuvre.

En haut de la page, nous retrouvons le titre de l’œuvre, ainsi que le département dans lequel, au Louvre, nous pouvons la retrouver.

Ensuite, nous avons une image de l’œuvre, et dans ce cas ci, quelques images de détails de l’œuvre, sous la forme d’une sorte de diaporama. Nous pouvons cliquer sur l’œuvre afin de la voir en plus grand, en revanche la fonction « clic droit- copier-coller » est désactivé sur les images du site du Louvre et nous ne pouvons pas les récupérer par ce simple moyen. Dans le cas de la Joconde, ce n’est pas moins de 8 images qui nous permettent de voir la Joconde « virtuellement », avec le portrait en entier, ainsi que son cadre, et des détails des mains, des yeux, de son fameux sourire, du paysage au fond du tableau à droite, à gauche, et son visage.

La suite de la page est divisée en 4 parties.

A gauche, dans une colonne, on nous rappelle le nom du département ou La Joconde se trouve, et, autre information importante : le nom de l’auteur de l’article. Au centre, la partie principale de la page, avec l’analyse de l’œuvre et toutes sortes d’informations dessus. Enfin sur la droite, une colonne divisée en deux parties avec dans la première : Le cartel complet de l’œuvre indiquant nom de l’œuvre, de l’artiste, date de réalisation, matériaux, lieu de réalisation, et même son acquisition. On nous rappelle aussi dans quel endroit du Louvre se trouve ce tableau, cette fois encore plus précisément en indiquant l’aile, l’étage, la salle.

Enfin sous ce cartel, une dernière partie « informations pratiques », avec des informations sur le Louvre en général : horaires, accès, coordonnés, fermeture, et même un lien pour acheter un billet d’entrée en ligne. Nous avons même la possibilité de changer la langue du site.

Comme dit précédemment, au centre de la page, nous trouvons une rapide analyse de l’œuvre, ici faite par Cécile Scailliérez.

Cécile Scailliérez nous parle tout d’abord du sujet de l’œuvre. Cette notion est très importante à propos de La Joconde, car une partie de sa renommée vient de tout ce qu’on ignore à son sujet, dont sa provenance, son sujet et son objet. Cécile Scailliérez nous explique donc que, si l’on sait que La Joconde était la femme d’un marchand, le but et la destinée de l’œuvre sont toujours inconnu, et que seule des hypothèses existent à ce jour. Dans un autre paragraphe, l’auteur nous explique la ou réside une autre particularité de cette œuvre : la composition. Enfin, un court paragraphe sur le sourire de La Joconde, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre !

Mais ce qui, à mon sens, est la plus intéressant, c’est ce qui vient après : la bibliographie utilisée par l’auteur. En cela je trouve que le site est très bien fait. Tout d’abord, des informations et un début d’analyse de l’œuvre sont donnés, nous en connaissons l’auteur, ce qui n’est pas toujours le cas, et enfin, nous avons même accès à sa bibliographie. Cette bibliographie peut être vue comme une sorte de garantie de la véracité de l’article, dans le sens ou nous savons par là que l’auteur n’a pas tout inventé et s’est appuyé sur d’autres études, ici de personnalités reconnus pour la période de la Renaissance italienne : Daniel Arasse et André Chastel par exemple. De plus, cette bibliographie permet d’orienter dans ses recherches les étudiants, leur donnant une certaine liste d’ouvrages qu’ils peuvent consulter afin d’approfondir leur connaissance de l’œuvre par exemple.

Ainsi le site du Louvre à, à mon avis, un réel intérêt pour les étudiants en art ainsi que pour tout amateur. Une première approche sous la forme d’une courte analyse permet de se faire une idée de l’œuvre, de son histoire et de sa signification, des images permettent de se l’approprier. Mais pour un étudiant qui veut aller plus loin, quelques pistes sont données afin d’orienter sa recherche bibliographique. De plus ce site a une organisation rigoureuse, à l’image de celle du Louvre. A tout moment, nous savons ou nous nous trouvons (virtuellement) dans le Louvre, si nous voulons voir les autres œuvres de la salle ou se trouve la Joconde, c’est possible, car dans le site, les œuvres sont classées et réunies comme dans le musée.

M.S.G

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s